Opération… « Bornes à incendies »…

Bornes incendies titre1Ryan, Fatos, Arlind, et moi-même Naim avons sollicité l’EPDA de Prévention Spécialisée pour effectuer un chantier éducatif durant les vacances scolaires de Printemps. Nous nous sommes alors vus confiés la rénovation des bornes incendies de la ville dIMG_2331e La Roche-sur-Foron.

Tout d’abord, nous avons débuté le chantier par un conseil où nous avons abordé la question de l’organisation et du mode de prise de décisions. Chacun de nous a endossé des responsabilités permettant une répartition des tâches en équipe.

Le lendemain matin, avant de débuter la mise en peinture, nous avons été reçus au centre technique municipal de la ville par son responsable M. Rouiller, ainsi que l’élu à la jeunesse M. Bouillet, pour une présentation du chantier et une découverte des différents corps de métiers du centre technique municipal. Après cette entrée en matière, nous nous sommes rendus sur le terrain en compagnie de André (éducateur pôle ressources E.P.D.A) pour une initiation peinture. De là, en binômes, nous avons peint nos premières bornes.

IMG_2334Le deuxième jour, nous avons poursuivi le travail de la veille. Après l’effort le réconfort, plus tard dans la journée nous sommes allez tous ensembles déjeuner au Saigon Délices. Le buffet à volonté asiatique nous a bien rassasié et motivé pour le troisième et dernier jour de travail. Celui-ci consistait à finaliser le travail fourni durant les deux jours précédents.

Enfin, ce chantier éducatif nous a demandé une exigence et une minutie importante pour rendre un travail de qualité. Par ailleurs, nous avons dû mobiliser des capacités d’orientation afin de repérer les bornes sur une carte de la ville. Au total nous avons effectué 10 bornes en 50 heures de travail reparties entre 4 jeunes.

Debbiche Ryan : Responsable matériel

Khechab Naim : Le Bilaneur

Pour l’ensemble de l’équipe

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Les cahiers de Rhizome

rhizome titreDans son n°59 de mars 2016, « les adolescents (et ce qu’ils ont de) difficiles », la revue Les Cahiers de Rhizome -santé mentale et précarité- nous invite à aborder la complexité des problématiques adolescentes (errance, décrochage scolaire, processus de radicalisation…) telles qu’elles se posent dans notre contexte sociétal, tant du côté des jeunes et de leurs parcours, que de celui des professionnels et de leurs pratiques sans oublier celui des institutions et de leurs missions.

Ces approches complémentaires, les questions posées, les pistes de réflexions ouvertes, nous conduisent à sortir des catégorisations admises et définies par les politiques publiques, à ouvrir nos pratiques (notamment en alliant soin et éducatif souvent convoqués tour à tout ou renvoyés l’un à l’autre) et à penser la coopération et le décloisonnement pour sortir des impasses dans lesquelles jeunes, professionnels et institutions sont parfois condamnés à se retrouver…

« Les numéros de Rhizome sont diffusables et peuvent être mis à disposition gratuitement sur les sites internet sans autorisation préalable »

Merci à Rhizome et bonne lecture ici ou dans notre espace « documentation ».

O.PERILLAT.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Prévention Mont Blanc : une histoire commune de la prévention spécialisée en Haute Savoie

titre PMBLe Conseil Départemental de Haute Savoie a confié la mission de prévention spécialisée à 2 entités, l’association Passage et l’E.P.D.A. de Prévention Spécialisée.

Ces 2 structures se sont regroupées au sein de l’association Prévention Mont Blanc afin de développer de la formation, de la recherche et du conseil.

L’association P.M.B. est devenue l’interlocuteur pour la prévention spécialisée auprès des élus et des services du département de la Haute-Savoie.

Vous pouvez retrouver son historique dans la rubrique documentation ou en cliquant ici

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

« L’interculturalité en question, une approche psychanalytique de la rencontre »

interculturalitéLors du séminaire de printemps (22 et 23 mars 2016) de l’E.P.D.A. de Prévention Spécialisée, Marine SCHMITT, psychologue clinicienne à l’E.P.D.A de P.S., nous a proposé une intervention ayant pour thème « l’interculturalité en question : une approche psychanalytique de la rencontre ».

Cet apport théorique et clinique a été riche d’échanges avec l’ensemble des équipes éducatives et nous offre la possibilité d’enrichir nos représentations afin de nourrir nos pratiques de prévention spécialisée.

Vous pouvez retrouver l’intervention de Marine SCHMITT dans la rubrique documentation ou en cliquant ici

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

L’apprenti arpenteur de rue – Acte II

L'apprenti arpenteur IIDans l’article précédent j’expliquais mes débuts d’intégration en tant qu’apprenti éducateur spécialisé en prévention spécialisée. Je mettais en évidence mes premiers pas en tant qu’arpenteur de rue qui est le cœur de ce métier.

Je découvrais une mission de protection de l’enfance (particulière) accompagné de mes représentations que j’allais déconstruire tout au long de mon cursus de formation. J’appréhendais le travail de rue qui est le moteur de cette action éducative. Je pensais « la rue » comme un milieu sensible et à manier avec beaucoup d’attention. Aujourd’hui, quotidiennement, il représente le premier pilier, indispensable pour rencontrer les jeunes. La rue est avant tout et parjeunes assis définition, l’ensemble des habitants, des commerçants et des maisons qui la compose. Elle est aussi les milieux populaires. En fait, la rue représente mon outil pour créer du lien et aborder ses habitants. Les jeunes s’y rassemblent et je vais à leur rencontre. C’est un lieu d’échange très enrichissant. J’évoquais mes difficultés à me rendre dans leurs environnements et sur leurs terrains de rassemblement. Aussi, je précisais que cette démarche « d’aller vers » demandait de l’assurance, de manipuler la distance et de l’écoute. Lire la suite

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS